Derniers articles/Billets sorties


*** MAJ du planning général des sorties (le 28/12/16) *** / SORTIES : ♠ Bragelonne =>  / ♠ Collection R => Début 2017 / ♠ Hachette/Black Moon => Janvier et Février / ♠ HarperCollins/Mosaic => Août à Octobre / ♠ J'ai lu => Janvier / ♠ Michel Lafon => Début 2017 / ♠ Milady => Décembre - Janvier / ♠ Milady romance => Janvier / ♠ Nathan => Fin 2016 / ♠ Pocket Jeunesse => Janvier - Février / ♠ Autres sorties => Sorties [33]

Mes derniers avis

       

dimanche 31 juillet 2016

Boitelle et le café des colonies

Scénario : Didier Quella-Guyot
Dessins : Sébastien Maurice
Genre : Bande dessinée
Edition : Bamboo - Grand angle
Parution : le 6 janvier 2016
Pages : 56 pages
Prix : 13.90 euros

*Commander sur amazon : Boitelle et le café des colonies*

Résumé :
Malmené par la vie, le père Antoine Boitelle se remémore sa chère jeunesse : lorsqu'il était soldat au Havre, à rêver devant les navires en partance pour les pays lointains ; son coup de foudre pour la belle Norène, une jeune Africaine serveuse au Café des colonies. Si le jeune Antoine vécut une immense passion, il se heurta également à la laideur du racisme quotidien et à la résistance de ses parents, paysans, face à un mariage beaucoup trop « coloré » à leur goût.
Mon avis :
Basée sur une nouvelle de Maupassant, Boitelle publiée en 1889, cette BD m'a attirée avec sa très jolie couverture. À la lecture du résumé j'ai tout de suite été emballée, moi qui aime les histoires basées sur d'autres, remise en scène par un autre biais, ici la bande dessinée.


La BD s'ouvre sur Antoine Boitelle, protagoniste principal de cette histoire, alors qu'il est âgé de plusieurs dizaines d'années. En se rendant chez un monsieur qu'il connaît bien il va tomber sur un objet lui rappelant une femme, son premier amour, son coup de foudre pour la belle Narène. Narène est noire. Dans cette France de la fin du XIX siècle, alors que les noirs étaient mal considérés, faire sa vie avec une personne à la peau si foncée, n'avait rien de facile quand vous étiez un personne blanche.

Les premières pages sont lumineuses. Voir Antoine épris de la jeune Narène, voir un sourire si éclatant, si franc qui anime son visage quand il la rencontre, quand il sort avec elle, ça fait tellement plaisir. On le sent heureux. Narène est elle aussi belle à regarder lors de ces moments à deux. La jeune femme ne fait pas attention aux regards qu'on lui lance, la crainte et les regards de travers lui passent au-dessus, ou en tout cas ils ne l'empêchent pas de vivre cet amour avec bonheur, de vivre tout simplement. C'est une battante, une personne courageuse qui a vu pire. Sauf que ce bonheur va vite être terni quand Antoine va vouloir l'épouser.

On a tout loisirs de voir la réaction des parents du jeune homme, surtout celui de la mère d'Antoine. Il y a le temps de la préparation pour eux qui n'ont jamais vu une personne comme Narène, puis il y a le temps de la rencontre qui se passe quand même bien, juste ternie par quelques remarques sur la couleur de la peau la jeune fille qui a pris le cœur d'Antoine. Mais il reste une chose qu'on ne peut pas lui reprocher, c'est qu'elle est gentille et serviable. Dans le fond elle est bien mignonne. Et en effet, la jeune femme est d'une politesse et d'une affabilité certaines.

Comment vous expliquer ma consternation et mon aberration pour ce que les parents d'Antoine vont faire, malgré les qualités constatées chez Narène. D'autant plus qu'il n'y a pas qu'eux, mais bien d'autres personnes ont ce comportement qui hérisse les poils. C'était une autre époque et si le racisme existe toujours, à n'importe quelle période c'est toujours aussi dégueulasse. Cela reste intéressant de pouvoir se rendre compte de comment les choses étaient à cette époque. Mais le plus absurde, oui il y a pire selon moi, c'est le comportement d'Antoine. C'est tellement injuste, mais aussi très compréhensible, bien qu'on ait du mal à l'accepter. Encore une fois, autre époque, autres mœurs, il n'empêche que le mal est fait. Au final le manque d'acceptation ne donne qu'un résultat, des regrets, parce qu'Antoine en a, bien évidemment.


Cette BD nous fait découvrir au travers de l'histoire d'amour d'Antoine et de Narène, le racisme ambiant à la fin du 19ème siècle en France. Le jeune homme fort épris de la belle négresse, comme on qualifiait les personnes de couleur à l'époque, va se confronter à la réaction de ses parents envers la jeune femme. Lui qui désire l'épouser va se rendre compte que si lui accepte Narène sans aucun souci, ce n'est pas le cas pour tout le monde et pas seulement celui de ses parents. Le racisme touche tout le monde comme on va s'en rendre compte tout au long du récit. C'est une histoire qui révolte, mais surtout qui dépeint une triste réalité. Une très bonne lecture, servie par de très jolis dessins. Il n'y a que la fin, un peu trop brusque à mon goût, mais sachant que c'est basé sur une nouvelle ça ne m'étonne pas, les fins sont souvent rapides.


Une lecture agréable
Retrouvez d'autres avis sur la page bbm du livre :
Logo Livraddict

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de votre passage et de votre message. Je modère mes commentaires donc ils s'afficheront une fois validés.