Derniers articles/Billets sorties


SORTIES : ♠ Billet général => Novembre / ♠ Chat Noir 2018 / ♠ J'ai lu => Novembre / ♠ Milady => Novembre / ♠ Divers => /

Mes derniers avis

       

jeudi 15 février 2018

No Home de Yaa Gyasi

Auteur : Yaa Gyasi
Titre VO : Homecoming
Traduction : Anne Damour
Genre : Roman historique
Edition : Calmann-Levy
Parution : le 4 janvier 2017
Pages : 409
Prix : 21.90 euros

*Commander sur amazon : No Home*


Maama, esclave Ashanti, s’enfuit de la maison de ses maîtres Fantis durant un incendie, laissant derrière elle son bébé, Effia. Plus tard, elle épouse un Ashanti, et donne naissance à une autre fille, Esi. Ainsi commence l’histoire de ces deux demi-sœurs, Effia et Esi, nées dans deux villages du Ghana à l’époque du commerce triangulaire au XVIIIe siècle. Effia épouse un Anglais et mène une existence confortable dans le fort de Cape Coast, sans savoir que Esi, qu’elle n’a jamais connue, est emprisonnée dans les cachots du fort, vendue avec des centaines d’autres victimes d’un commerce d’esclaves florissant avant d’être expédiée en Amérique où ses enfants et petits-enfants seront eux aussi esclaves. Grâce à un collier transmis de génération en génération, l’histoire se tisse d’un chapitre à l’autre : un fil suit les descendants d’Effia au Ghana à travers les siècles, l’autre suit Esi et ses enfants en Amérique.

Il y a un peu plus d'un an, lorsque No home est paru, j'en avais perçu quelques échos. Sans vraiment me décider à le lire, j'ai fini par me pencher dessus, sans réellement en savoir grand-chose.


No Home possède une construction qui est sans conteste originale. Imaginez-vous suivre dans chaque chapitre un personnage différent. Celui rencontré dans le chapitre 1 passe le relai à un autre dans le chapitre 2 et ainsi de suite, jusqu'à la fin du roman. Jamais on ne revient réellement sur les anciens, on en percevra seulement des échos à certaines occasions. Dans les faits on suit une même famille, qu'un événement aura séparée. Tout commence avec deux jeunes femmes, qu'on rencontre dans les 2 premiers chapitres et dans les suivants, c'est leur descendance qui prend le relai. On suit donc cette famille sur plusieurs générations.

La manière dont l'auteure a composé son histoire était pour moi totalement inédite, je n'avais jamais lu de roman comme No Home. Passée la surprise des débuts, qui m'a un peu désappointée il est vrai, étant donné que je m'attendais à suivre juste deux jeunes filles qui allaient être confrontées à de terribles épreuves (je n'avais, à vrai dire, pas lu le résumé en entier), je me suis dit que ce dans quoi je me lançais pouvait être finalement très intéressant. Et, ça a été le cas.

Au travers de différents individus l'auteure plonge le lecteur dans une fresque historique qui met en avant des thèmes forts, comme l'esclavage ou la place des noirs dans un monde en constante évolution. Le passage des années se fait ressentir, on voit le monde changer et pourtant nombreuses problématiques restent malheureusement récurrentes. J'ai particulièrement apprécié d'en apprendre plus sur des éléments qui n'étaient qu'abstraits pour moi. On a beau savoir que des choses existent, tant qu'on ne s'informe pas, on ne peut pas comprendre totalement leur portée. J'imagine que certaines situations ont été pire que celles racontées par Yaa Gyasi. Ce que j'ai lu dans ce roman m'a beaucoup peinée et aussi souvent mis en colère. Mais, de manière générale pour l'aspect historique et pour la somme d'informations dont ce roman regorge, ça l'a carrément fait.

Si la construction de No home est une de ses plus grandes forces, c'est, à mon sens, également sa plus grande faiblesse. Chaque histoire est distincte des autres, chaque personnage également et certains sont moins plaisants à suivre et leur vécu, moins attirant. Les deux premiers chapitres restent pour moi les plus impressionnants. En conséquence, j'ai éprouvé un manque d'intérêt à certaines reprises ou trouvé le temps long, le récit s'essouffle de temps à autre. Changer constamment de protagoniste a mis une barrière entre eux et moi. J'aurais aimé me sentir davantage proche d'eux et avec plusieurs cela s'est avéré compliqué. Cela ne m'a pourtant pas empêché de ressentir des émotions envers la plupart d'entre eux. No home reste cependant un roman intéressant par bien des côtés et un roman pour le moins fort.


Retrouvez d'autres avis sur la page bbm du livre :
Logo Livraddict

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de votre passage et de votre message. Je modère mes commentaires donc ils s'afficheront une fois validés.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...