Derniers articles/Billets sorties

*** MAJ du planning général des sorties (le 07/12/17) *** / SORTIES : ♠ Bragelonne =>  / ♠ Chat Noir 2017 / ♠ Hachette/Black Moon => Octobre-Novembre / ♠ J'ai lu => OctobreNovembre / ♠ Milady => OctobreNovembre / ♠ Milady romance => OctobreNovembre / ♠ Pocket Jeunesse => Octobre - Novembre / ♠ Autres sorties => Sorties Octobre

Mes derniers avis

      

dimanche 17 juin 2012

Le Clan de la Louve, tome 1

Auteur : Maite Carranza
Traduction : Nathalie Nédélec Courtès
Illustration : John Fordham
Titre VO : El clan de la Loba
Genre : Jeunesse, fantastique
Edition : Pocket Jeunesse
Parution : le 1er juin 2011
Pages : 359 pages
Prix : 17.14 euros

*Commander sur amazon : Le clan de la louve tome 1*
*La fiche du livre chez Pocket jeunesse*

Résumé:
À 14 ans, Anaïd n'en paraît pas plus de 10. Timide, et méprisée par ses camarades de classe, elle ne ressemble en rien à sa mère, la très fantasque Séléné. Mais un matin, celle-ci disparaît La tante d'Anaïd, Chriselda, venue prendre soin d'elle dans les montagnes pyrénéennes, lui fait d'incroyables révélations : sa mère est une sorcière, du clan des Omar, mortelles et dévouées au bien de l'humanité. Elle a été enlevée par le clan des Odish, des sorcières belliqueuses en quête de l'immortalité. Décidé à retrouver Séléné, le clan des Omar prépare sa stratégie, tandis qu'Anaïd s'initie peu à peu à ses nouveaux pouvoirs Elle fait preuve d'un don incroyable. Serait-elle l'Élue annoncée par la prophétie ?


Mon avis:
J'aime assez le travail qui a été fait sur la couverture. Plongé dans l'ombre, le personnage principal dégage un mystère révélé par la quatrième de couverture. C'est en pleine confrontation de sorcière que l'on va être plongé, alors qu'avec le titre je m'attendais à suivre une histoire portée par des loup-garou. Comme quoi un titre ne suffit pas toujours à définir un livre même si il est en rapport avec l'histoire, ledit Clan de la Louve étant un clan de sorcière. Pour en revenir à la couverture, j'aime aussi l'association des couleurs et vraiment d'avoir plongé dans l'ombre les éléments lui donne un cachet attrayant.


Anaïd à 14 ans, pas d'amis et mène un vie rythmée par les moqueries de ses camarades par rapport à son physique ingrat et très en retard pour son âge. Le coup de massue arrive quand sa mère disparaît car tout porte à croire qu'elle est partie de son plein gré, l'abandonnant. Mais Anaïd va de révélations en révélations car elle découvre la vraie nature de sa mère et la sienne par la même occasion. Sa mère serait l'élue désignée par une prophétie et donc Anaïd serait également une sorcière.


Un livre avec des sorcières, quelle joie, ça faisait longtemps que je n'avais pas foulé un univers comme celui là. Après quelque chapitres qui posent les personnages et le contexte, apparaît rapidement les bases propres à la mythologie développée par l'auteure. Elle est extrêmement simple, quoique annoncée d'un bloc ce qui l'a rend sur le moment assez indigeste, mais on en comprend les retors essentiels. Elle n'est pas des plus originale mais à le mérite d'être présente et placée tôt dans le livre donc ça facilite l'entrée en matière dans l'histoire.


Sur l'intrigue en elle même, je suis plus que mitigée. Je crois ne pas le dire souvent mais là ça manque cruellement de développement, trop de cheminements sont éclipsés ou traités à la va vite. Par exemple les passages promptes à l'action sont vites décrits. Je ne parle pas de la fin – en fait si - ou la scène de confrontation inéluctable, celle que tous lecteur attend parfois avec fébrilité ne dépasse pas les deux lignes. Quelle déception. Le tout reste très trop attendu, j'ai deviné sans trop de peine la plupart de ce qui arrivait.

J'ai aussi été étonné de ne voir aucun challenge. Anaïd apprend tout avec facilité que c'en est effrayant. J'étais parfois perplexe de voir comment elle se démêlait des embûches qui lui faisaient face et encore plus quand même elle ne savait pas comment elle avait fait. Bref, le traitement qui a été fait de son apprentissage ne m'a pas plu, bien que je n'ai rien contre la facilité, ici ça a paru trop simple pour que j'arrive à y croire.


Pour les personnages, d'autres manques ressortent pour moi, dont le principal, leur faible développement. Comme avec l'histoire, ils sont traités simplement mais ce qui m'a agacé c'est leur personnalité qui pouvait changer au quart de tour. L'une ne ressent aucune proximité envers Anaïd mais en une phrase de la jeune fille on efface tout et hop la voilà qui l'adore. Ce genre de comportements qui change promptement arrive souvent pour des faits divers et variés et m'ont une nouvelle fois fait hausser les sourcils. Donc, je n'ai pas éprouvé d'alchimie avec les personnages. Leur personnalité en dent de scie à été un réel frein pour les apprécier.

Anaïd du haut de ses 14 ans nous est décrit comme un personne très intelligente mais seul à deux reprises, dans ses propos, cette description s'est appliquée. Le reste du temps elle est maladroite, perdue et semble à l'opposée de la personne qu'on nous annonce au début. Ce type de personnalité n'a pas ma préférence et là ça n'a pas du tout été le cas.


Le style est donc très jeunesse. L'auteure utilise des mots et des constructions de phrases simple. Elle a aussi tronqué les quelques difficultés du récit en ne s'attardant pas dessus. Il se dégage alors du roman une facilité déconcertante qui m'a rebuté et qui fera surement le même effet aux lecteurs avides d'un minimum de difficultés.


Ce premier tome ne remporte pas mon adhésion. Trop jeunesse pour moi, autant dans le traitement de l'histoire qui se retrouve dépourvue de ce qui pimente une intrigue que du traitement des personnages qui ont des caractères bancals. Ce livre devrait plaire aux plus jeunes ou au lecteur avide d'une histoire sans prétention aucune avec tout de même un univers sympa à découvrir.

Ma note : -/10
Retrouvez d'autres avis sur la fiche BBM du livre :
Logo Livraddict

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de votre passage et de votre message. Je modère mes commentaires donc ils s'afficheront une fois validés.