Derniers articles/Billets sorties

*** MAJ du planning général des sorties (le 05/05/17) *** / SORTIES : ♠ Bragelonne => Mai / ♠ Chat Noir 2017 / ♠ Hachette/Black Moon => Mai et Juin / ♠ J'ai lu => Mai - Juin / ♠ Milady => Mai - Juin / ♠ Milady romance => Mai - Juin / ♠ Pocket Jeunesse => Mai / ♠ Autres sorties => Sorties Mai [37] - Sorties Juin [38]

Mes derniers avis

       

mardi 19 mai 2015

Les Ferrailleurs, tome 1 : Le château

Auteur : Edward Carey
Titre VO : Iremonger, book 1 : Heap House
Traduction : Alice Seelow
Genre : Fantasy - Young Adult
Edition : Grasset
Parution : le 11 mars 2015
Pages : 453 pages
Prix : 22 euros

*Commander sur amazon : Les Ferrailleurs, tome 1 : Le château*

Résumé :
Au milieu d’un océan de détritus composé de tous les rebuts de Londres se dresse la demeure des Ferrayor. Le Château, assemblage hétéroclite d’objets trouvés et de bouts d’immeubles prélevés à la capitale, abrite cette étrange famille depuis des générations. Selon la tradition, chacun de ses membres, à la naissance, se voit attribuer un objet particulier, dont il devra prendre soin toute sa vie. Clod, notre jeune héros, a ainsi reçu une bonde universelle – et, pour son malheur, un don singulier : il est capable d’entendre parler les objets, qui ne cessent de répéter des noms mystérieux…
Tout commence le jour où la poignée de porte appartenant à Tante Rosamud disparaît ; les murmures des objets se font de plus en plus insistants ; dehors, une terrible tempête menace ; et voici qu’une jeune orpheline se présente à la porte du Château…
Mon avis :
Abandonner un livre n'est jamais plaisant pour moi et j'y réfléchis un moment avant d'en arriver-là. Si j'ai tendance à pousser au maximum ma lecture, se forcer plus que de raison à aller jusqu'à la fin n'apporte pas grand-chose de bon. Donc, plutôt que de me dégoûter de ce livre, j'ai préféré stopper ma lecture. J'aurai quand même poussé jusqu'à la page 253, ce qui représente plus de la moitié du livre.


Niveau originalité le lecteur est servi. L'univers créé par Edward Carey n'est pas sans rappeler par certains côtés Lombres de China Mieville ou encore La maison sans-pareil d’Eliott Skell. La bizarrerie du château des Férailleurs et de ses habitants a également des petits airs d'Alice au pays des merveilles. Évidemment l'auteur a mis en place quelque chose d'unique, ces comparaisons sont justes là pour vous donner une idée du contenu de ce livre.

Si j'aime l'originalité, je crois qu'ici c'était un peu trop pour moi. Les Ferrailleurs, c'est une grande famille, régie par des règles très strictes et des particularités incongrues. La famille principale jouit de privilège, alors que les membres secondaires leur tiennent lieu de serviteurs et sont même contraints d’oublier jusqu'à leur nom et prénom, exception faite de serviteurs d'importance. Quoi qu'il en soit, tous reçoivent un objet de naissance, qu'ils doivent protéger. Cet objet revêt une importance certaine pour chacun, et le perdre est une catastrophe. Le personnage principal se distingue en plus avec un don qui n'est pas sans lui attirer l'animosité de ses pairs.

Si certains éléments m'ont plu à la lecture du synopsis, j'étais curieuse d'en savoir plus sur ces objets de naissance, ce que j'ai découvert dans le livre est encore plus particulier, les règles dans cette maison sont strictes et réglées au millimètre près, attention aux écarts, mais surtout, ce sont les personnages qui m'auront perdu ou plutôt lassé. Ils sont à l'image de l'univers, ils sont singuliers. Chacun est excentrique à sa façon, on peut pousser jusqu'à les qualifier d'êtres bizarres. J'ai eu l'impression qu'ils leur manquaient des neurones, certains dialogues en deviennent quelque peu éprouvants, et les suivre est devenu en quelque sorte un vrai parcours du combattant. Et sans éprouver d'affection pour les personnages, avancer devenait de moins en moins intéressant.

L'histoire, elle, se fait bien trop discrète. J'ai trouvé qu'elle s'effaçait bien trop au profit de la découverte des Ferrailleurs et de leur maison. Si ce n'est un drame survenant dès les premières pages, rien de significatif ne se dessinait jusqu'à ce que je décide de m'arrêter. Arrivé à la 253ème page, un élément curieux et intrigant arrive enfin. C'est arrivé un peu tard pour complètement éveiller mon intérêt, mais j'avoue qu'une infime part de moi aimerait avoir des réponses. D'autant plus qu'en parcourant rapidement la suite, certaines choses font que j'aimerais en savoir plus, mais l'auteur ayant fini par me perdre, j'en suis pour mes frais.


Aussi original que puisse être ce premier tome, le trop-plein d'originalité ne m'a pas touché, et l'histoire s'est un peu trop oubliée pendant longtemps. La découverte de l'univers et de ses personnages prend du temps, on apprend beaucoup de choses, beaucoup de spécificités liées à ce qu'a créé l'auteur, mais l'histoire n’avançait pas. Les personnages sont en outre trop décalés, trop spéciaux, je n'ai pas réussi à les trouver sympathiques, si bien que ce qui leur arrivait, m'importait peu. Je n'ai pas été sensible à ce qu'on me racontait, je ne prenais pas de réel plaisir à tourner les pages donc je l'ai abandonné afin d'éviter le pire. Si vous aimez ou êtes à la recherche d'histoires très originales, cet ouvrage pourrait peut-être bien vous séduire.  


Livre non terminé
Retrouvez d'autres avis sur la page bbm du livre :
Logo Livraddict 

Aller plus loin :


1 commentaire:

  1. Oh, dommage ! Il me tentait bien pourtant ^^ Mais quand ça veut pas, ça veut pas... A voir, si je m'y risque un jour... Merci :)

    RépondreSupprimer

Merci de votre passage et de votre message. Je modère mes commentaires donc ils s'afficheront une fois validés.