Derniers articles/Billets sorties

*** MAJ du planning général des sorties (le 04/09/17) *** / SORTIES : ♠ Bragelonne => Septembre / ♠ Chat Noir 2017 / ♠ Hachette/Black Moon => Juillet-Août-Septembre / ♠ J'ai lu => Septembre / ♠ Milady => Septembre / ♠ Milady romance => Septembre / ♠ Pocket Jeunesse => Septembre / ♠ Autres sorties => Sorties Septembre [41]

Mes derniers avis

dimanche 20 septembre 2015

Arkem, tome 1 : Yanis, déesse de la mort

Auteur : Valérie Simon
Couverture : David Lecossu
Genre : Fantasy
Edition : Du Riez
Parution : le 1er septembre 2012
Pages : 313 pages
Prix : 18.90 euros

*Commander chez l'éditeur : Yanis, Déesse de la mort*

Résumé :
Née dans la douleur et dans la mort, fille d’un démon de Rhynantes et d’une Princesse des Elfes, elle est l’héritière de deux races qui se haïssent et qui ne cherchent qu’à se détruire. Élevée dans les mystères d’un culte issu des profondeurs de temps révolus, elle est l’image radieuse de la mort, la réincarnation d’une déesse terrible. Mais son héritage la tourmente. Que lui veulent cet elfe, cet oiseau noir bavard, ce magicien troublant, et quels sont ces pouvoirs qui la hantent et qu’elle n’ose deviner ? De la pierre pâle aux reflets liquides qu’elle porte depuis sa naissance, elle ne sait rien, sinon qu’elle a en elle une étrange chaleur, et qu’elles sont liées par une puissance inconnue. Mais dans la sombre tour de Ragnarok, les forces issues des ténèbres se rassemblent. Et Raban Siwash, l’Innommable, n’aura de cesse de la rejoindre pour la tuer.
Mon avis :
Vision livre organise un événement lié aux petites maisons d'éditions. Le but, parler d'elles en lisant un de leurs livres, le chroniquer lorsqu'on a un blog, partager autant qu'on le peut et acheter si c'est possible un ou des ouvrages de cette maison d'édition. Pour le mois de septembre, ce sont les éditions du Riez qui ont été choisies et j'ai profité de promotions sur le site pour les aider à ma manière, bien qu'ayant déjà plusieurs de leurs livres chez moi. Vu que je souhaitais également découvrir l'univers de Valérie Simon, l'auteure venant à un salon qui se déroule près de chez moi, et que Yanis, déesse de la mort était à un prix sympa, j'ai fait d'une pierre trois coups, si je puis dire. J'aurais vraiment aimé que mon avis sur ce roman soit positif.


Je savais que la première partie du roman ne concernerait pas le personnage central de la série, mais ses parents. Habituellement ce que l'auteur développe dans cette partie est raconté par le biais de souvenirs. Je me suis longuement interrogée sur l'utilité de ce morceau d'histoire qui n'est pas dénuée d'intérêt mais qui finalement n'apporte pas énormément de choses. Ce qui est développé peut être résumé en quelques pages, voire quelques lignes. C'est vraiment dommage de ne pas avoir exploité l'idée un peu plus, parce que pour moi ce que l'auteur narre n'est pas original, bien que l'idée de le faire soit intéressante. Elle part juste d'un point de départ somme tout banal, qui est assez récurrent dans beaucoup de romans, du même genre ou non, et elle y amène des détails qui n'apportent pas grand-chose de plus que si ça avait tenu lieu de souvenirs. Tant qu'à prendre ce parti, autant y apporter plus de fantaisie, de sortir de l'idée simple d'un schéma très classique. Avoir des parents appartenant à deux mondes, qui ne pourront pas vivre ensemble, obligés de fuir, ayant un enfant qu'ils ne pourront pas élever, c'est vraiment classique.

Une fois cette partie terminée j'avais bon espoir de voir mon intérêt se réveiller et pouvoir aborder l'histoire avec plus d'allant. C'est comme ça que j'ai appréhendé les premières pages pour finalement finir par décrocher. J'aimais le principe de l'enfant recueilli et élevé en pensant être une déesse. J'aimais la prophétie qui collait à cet enfant, c'était l'assurance d'avoir affaire à quelqu'un promit à un grand destin, acquérant puissance et importance. Peut-être qu'on aura tout ça, mais j'ai sous-estimé le personnage qu'on allait rencontrer et qui était l'objet de la prophétie.

Yanis a toujours vécu enfermé dans un temple ce qui explique des choses mais pas tout. On ne se rend pas compte de l'éducation qu'elle a pu avoir. Je déplore le faite de ne pas avoir toutes les cartes en mains pour bien comprendre le personnage et c'est le plus gros défaut de ce premier tome. Les personnages sont insuffisamment développés. Mais au-delà de ça, Yanis est insupportable. Certes la façon dont elle a été élevée justifie ses comportements, mais le fait qu'elle ne réfléchisse pas plus loin que le bout de son nez, qu'elle puisse assister à des démonstrations diverses et qu'elle reste butée en ne croyant en rien n'a pas joué en sa faveur. Elle est capricieuse et égoïste pour ne rien arranger. On est vraiment loin de l'enfant de la prophétie et le manque de consistance du personnage ainsi que son manque d'évolution sur la fin ne me donne pas envie de la suivre de nouveau.


Les descriptions sont assez nombreuses, très souvent les mentions de lieux ne me parlaient pas, et très souvent elles n'étaient pas concluantes à mes yeux. Le style de l'auteur ne m'a pas aidé, il ne conviendra pas à tout le monde. J'ai eu besoin d'un temps d'adaptation, j'ai eu l'impression qu'on me racontait une balade plutôt qu'une histoire. Les mots ont un aspect éthéré, poétique par certains côtés, bien que ça ne soit pas vraiment le terme exact. J'ai ressenti et vécu l'histoire de manière éloignée. Je voudrais revenir au moment où je disais que les descriptions n'étaient pas concluantes. Quand je dis ça c'est dans le sens où elles ne permettent pas à l'histoire d'offrir le meilleur. Cela reste mon point de vue et pour moi ce que je préfère dans un livre est ici mis de côté ou alors trop peu développé.

Je termine sur un élément qui est devenu très agaçant au bout d'un moment. Il est souvent fait mention de la beauté de Yanis, mais pas que. Les personnages de ce roman sont pour beaucoup d'une beauté certaine et à force de me le répéter, au bout de 15 fois j'avais compris je pense, j'en suis venue à lever les yeux au ciel à chaque fois que le terme apparaissait dans l'histoire. La beauté amène au charme, le charme à l'amour ou à l'attirance et Yanis, tout comme le personnage masculin concerné, s'entiche bien trop vite et en se se supportant pas vraiment.


Ce premier tome est une déception. J'aurais aimé être de l'avis de la majorité, mais encore une fois ce n'est pas le cas. L'essentiel du roman ne m'a pas emballé, plus j'avançais et plus j'avais envie de passer à autre chose. Les personnages ne sont pas du tout assez développés et le peu que j'ai vu n'est pas attrayant du tout. La palme étant discernée à l'héroïne qui n'a aucune jugeote et qui est agaçante au possible. Après une première partie qui aurait pu être meilleure, la seconde reste globalement introductive et ne dévoile pas l'entièreté de son potentiel, car j'aimais les idées de bases de l'auteure. Même en ayant un personnage qui est à mes yeux problématique, pétri de défauts, en allant davantage au fond des choses, en ne faisant pas que survoler nombre de situations intéressantes, le résultat aurait pu davantage me plaire. Un récit qui ne m'a pas convenu, mais qui pourra peut-être l'être pour vous.


Une déception
Retrouvez d'autres avis sur la page bbm du livre :
Logo Livraddict

La série - Arkem :
1. Yanis, déesse de la mort
2. Sienèn, déesse de la vie
3. Tahnee Sharn, déesse de l'alliance
4. Morwen, déesse de l'amour
-Série terminée-

3 commentaires:

  1. Dommage, l'auteur est adorable! Vraiment gentille sur les salons! Je me ferais mon propre avis du coup!

    RépondreSupprimer
  2. Ow' dommage pour ton avis déçu sur ce premier tome qui avait l'air pas mal :/

    RépondreSupprimer
  3. La couverture est belle et l'histoire aurait pu m'attirer (en tant que fan d'elfe), mais c'est vrai que ta chronique m'a un peu refroidie. Peut-être que je le lirais un jour, par acquis de conscience xD

    RépondreSupprimer

Merci de votre passage et de votre message. Je modère mes commentaires donc ils s'afficheront une fois validés.