Derniers articles/Billets sorties

*** MAJ du planning général des sorties (le 04/06/17) *** / SORTIES : ♠ Bragelonne => Mai - Juin / ♠ Chat Noir 2017 / ♠ Hachette/Black Moon => Juillet-Août-Septembre / ♠ J'ai lu => Août / ♠ Milady => Août / ♠ Milady romance => Août / ♠ Pocket Jeunesse => Juillet-Août / ♠ Autres sorties => Sorties Août [40]

Mes derniers avis

       

dimanche 26 février 2012

Apocalypsis, tome 2 : Cavalier Rouge - Edo

Auteur : Eli Esseriam
Illustration : Aurélien Police

Genre : YA, fantastique
Age : Dès 15 ans
Edition : Nouvel Angle
Parution : le 19 janvier 2012
Pages : 238
Prix : 14, 90 euros
Résumé:
La fin du monde est proche. Ils sont quatre jeunes de 17 ans : Alice, Edo, Maximilian et Elias. Ils sont les Cavaliers de l'Apocalypse. Ils n'épargneront que 144 000 âmes. En ferez-vous partie ?

« Je me suis éloigné tranquillement et, dans mon sillage, le ciel continuait de se déchaîner, la terre n’en finissait pas de se lézarder, d’éclater comme un fruit trop mûr. La nuit avait l’air d’un trou béant qui avalait tout. Je suis remonté sur ma moto et j’aurais pu jurer que, sous sa roue arrière, le bitume crevait. Les flammes couraient derrière moi et embrasaient les vignes, les arbres, les maisons. Pas pour me rattraper et m’allumer. Plutôt pour m’escorter. La traîne de la mariée, la dentelle en moins, les cris et la mort en plus. Après moi, le déluge, comme dirait l’autre. L’autre, en l’occurrence, c’était moi.»



Mon avis:
J'avais une véritable envie de découvrir ce second cavalier qui augurait une nouvelle fois un grand moment de lecture . Le premier tome étonnait pas le traitement fait sur les personnages et notamment Alice, à la fois original et effrayant mais oh combien entraînant.



Edo n'aime pas l'école, pour lui elle ne sert à rien mais il y va par obligation. Pour lui à n'est pas sa place, il le reconnaît ce n'est pas son truc. Non lui préfère se servir de ce que la nature lui a donné, à avoir sa force physique. Il a toujours vécu dans une misère toute relative, entouré d'un père alcoolique et d'une mère qui se sert de ses charmes. Seul son petit frère compte, il est son rayon de soleil journalier et c'est pour lui qu'il avance. Il se sert de sa force pour gagner de l'argent mais aussi par pur plaisir. Bienvenue dans la vie de Edo Halilovic.


Sur des bases similaires, Eli Esseriam nous invite dans la quotidien de Edo, avant et après qu'il apprenne son statut de cavalier de l'Apocalypse. C'est à une véritable introspection que nous assistons, car tout comme avec Alice, les pensées de notre héros nous sont grandes ouvertes. Et tout comme avec Alice, Edo est pourvu d'une personnalité aussi prompte à être détestée, qu'appréciée.

Au début du livre j'ai vraiment abhorré ce personnage. Il montre continuellement le pire de lui-même, il n'a aucune espérance en la vie et se moque des gens en leur parlant comme à des chiens. Bref tout cela partait mal. Pourtant, bien vite on apprend à le connaître et à apercevoir des fêlures. Il restera toujours lui même, mais en dépassant le seuil de l'apparence, on voit briller une part d'humanité. Pour apprécier ce personnage à sa juste valeur, il faudra accepter sa grosse part d'ombre et là l'auteure à mis le paquet.


Edo sait ce qu'il est et personne ne le fera changer. En tout cas pas dans le fond. Mais grâce à des rencontres, il va apprendre à voir le monde autrement et à s'ouvrir. Ce n'est clairement pas un enfant de cœur, ce qu'il aime c'est tuer, répandre le sang, faire craquer les os. Il aime se battre et il vit bien avec ça. Je peux vous dire que quand vous assister à ces passages ou il laisse livre cours à sa noirceur, ça fait peur. Peur de voir un être aussi jeune penser de cette manière là, car il jubile quand il tue, c'est presque sa raison de vivre. Mais de l'autre côté vous avez ce qu'il fait pour Anel, son petit frère, et ce qu'il va faire pour d'autres personnes. C'est peu, mais beaucoup pour lui qui n'a jamais cherché à construire de liens, et là encore une fois, contraint et forcer, va lui apporter beaucoup.
C'est un personnage aussi complexe qu'Alice, un personnage unique qui possède une forte personnalité qui une nouvelle fois ne vous laissera pas insensible. On l'aime et le craint à la fois.



Je n'ai pas grand chose à dire sur l'histoire vu qu'on se contente de suivre Edo dans sa vie quotidienne et d'être dans sa tête afin de cerner le personnage et d'avoir toute les clés en main pour le tome final. Parsemée de son lot de catastrophes et de petits miracles en passant par des liens qui se tissent et se défont, on explore l’âme de cet être exceptionnel dans sa construction pour devenir ce pour quoi il est né. C'est passionnant, accaparant, troublant, émouvant, c'est un récit qui nous en fait prendre plein la tête. Il n'y a aucune complexité mais l'importance mise dans chaque cavalier pour le moment est diaboliquement attrayante.

La façon dont il apprend qu'il est un cavalier est plus succinct. Il l'accepte vite et j'ai eu le sentiment que l'on s'attardait moins sur ce point avec lui. Il n'en discute pas beaucoup et même pour ses pouvoirs j'ai trouvé qu'on ne s'attardait pas dessus. Il y a moins de réflexions faîtes dessus. Je me trompe peut être vu que je ne me souviens pas beaucoup des détails sur le premier tome.


Le style du livre se met au niveau de Edo. Ce n'est pas quelqu'un de très intelligent qui pourtant à des pensées des plus censées, et le texte est dépourvue de négation. Au début j'ai eu du mal à m'y faire, mais on prend le pas et ensuite on n'y fait moins attention. Il y a toujours très peu de dialogues, ce qui donne une impression de lenteur au niveau rythme de lecture. C'est moins rapide à lire mais toute la richesse du livre c'est les introspections du personnage principal, donc faut s'y faire. Pour le peu de dialogues présent, Edo ma souvent fait bien rigoler dans ses échanges. Il a un sans gène effarant et une nonchalance quant il s'adresse au gens, une façon de s'exprimer cash du type qui n'a rien à perdre et qui n'a peur de rien. Je vous jure que ces interventions sont tout bonnement jouissives.


Alors Edo est tout aussi tordu qu'Alice. Son histoire vaut le coup d’œil et vous fera passer un très bon moment lecture. Un récit dur, emprunt de beaucoup de gravité mais aussi d'espoir. J'ai adoré lire un tel livre, qui fait preuve d'une originalité culottée pour de la jeunesse. Que nous réserve Maximilian, le manipulateur, le prochain cavalier à nous être présenté ? Je ne sais pas mais j'ai furieusement envie de le découvrir.


Ma note : 8,5/10
Retrouvez d'autres avis sur la fiche BBM du livre:
Logo Livraddict

*Je remercie les édition Matagot/Nouvel Angel pour cette lecture rafraîchissante*

La série Apocalypsis:
2. Cavalier rouge : Edo
5. Oméga - 11 Octobre 2012

2 commentaires:

Merci de votre passage et de votre message. Je modère mes commentaires donc ils s'afficheront une fois validés.